LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

UNE OBSERVATION INÉDITE DES PREMIÈRES GALAXIES DE L'UNIVERS

Le radiotélescope ALMA livre, pour la première fois, des détails sur les structures internes de ces galaxies apparues 800 millions d’années après le Big Bang.

GAL.PNG

 

RÉIONISATIONMoins d’un milliard d'années après le Big Bang, l'Univers était rempli d'un brouillard d'hydrogène. Celui-ci avait pour particularité d'absorber le rayonnement ultraviolet émis par les toutes jeunes galaxies.
Mais il s’est progressivement éclairci, une phase appelée réionisation, passant du stade de "l'âge sombre" à celui d'univers transparent, c'est-à-dire lumineux.
L’énergie qui a permis la réionisation a pu provenir de la lumière générée par la première génération d’étoiles ou par l'intense rayonnement émis par la matière lorsque qu'elle tombe vers les trous noirs centraux des premières galaxies. 
Jusqu'à présent, ces premières galaxies, qui revêtaient l'aspect de tâches faiblement lumineuses, demeuraient mystérieuses. De nouvelles observations effectuées au moyen d'ALMA sont toutefois sur le point de lever, partiellement, le mystère.

 

 

Le radiotélescope ALMA est un réseau de 66 antennes de sept à douze mètres de diamètre. Installées à 5.000 mètres d’altitude dans les Andes chiliennes, dans la région de l’Atacama, il est destiné à l’étude de l’univers lointain. ALMA observe l’Univers dans des longueurs d’ondes millimétriques et submillimétriques. Situées au-delà de l’infrarouge, ces longueurs d’ondes permettent d’étudier le rayonnement émis par les objets "froids" comme les nuages moléculaires ou les premières galaxies.

 

Une lueur dans la périphérie

Les antennes du radiotélescopes ALMA ont été pointées vers ces galaxies apparues quelques 800 millions d’années après le Big Bang. Dans l’une d’elles, notée BDF2399, ALMA a pu capter un signal, certes faible, mais clair, et produit par le carbone ionisé en périphérie de la galaxie.
Ce carbone est l’un des constituants  à partir desquels les nouvelles étoiles se forment.
"Il s'agit de la détection la plus lointaine à ce jour de ce type d'émission en provenance d'une galaxie normale, datée de moins d'un milliard d'années après le Big Bang. Elle nous offre l'opportunité d'assister à la formation des toutes premières galaxies. Pour la première fois, ces dernières nous apparaissent, non pas sous l'aspect de minuscules tâches, mais sous la forme d'objets dotés d'une structure interne !" se réjouit Andrea Ferrara de l’Ecole Normale Supérieure de Pise. 
Grâce à ces premières données qui seront complétées par de nouvelles observations, les astronomes vont mieux comprendre la structure des premières galaxies qui ont abrité les étoiles et les quasars qui ont rendu l’univers transparent.
"Des années durant, nous avons tenté de comprendre le milieu interstellaire et la formation des sources de réionisation. Etre enfin en mesure de confronter les prévisions et les hypothèses de nos modèles aux données réelles acquises par ALMA offre non seulement un moment excitant, mais soulève également de nombreuses nouvelles questions" ajoute Andrea Ferrara. 

 

SOURCE : SCIENCES et AVENIR



24/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 157 autres membres