LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

UN TEST INDIRECT DES SUPERCORDES AU LHC AVEC DES BOULES DE GLU (EXTRAIT D'ARTICLE)?

Après la découverte du boson de Brout-Englert-Higgs, l'une des dernières grandes prédictions du modèle standard qu'il reste à vérifier est celle de l'existence des fameuses boules de glu de la QCD. Les mathématiques de la théorie des cordes semblent prédire indirectement les propriétés de ces particules. Certaines de ses prédictions sont déjà en bon accord avec l'expérience mais d'autres pourraient être testées dans quelques mois au Cern.

GLU.PNG

 

Une application à la QCD de la théorie des supercordes

Bien sûr, une confirmation expérimentale de l’existence des glueballs serait en soi un superbe accomplissement mais l’essentiel n’est probablement pas là.
En effet, les calculs des deux chercheurs font intervenir rien de moins que la théorie des supercordes et l’équivalent de la fameuse correspondance de Maldacena, encore appelée correspondance AdS-CFT dont on a déjà discuté lesapplications à la théorie des trous noirs et à celle des supraconducteurs à hautes températures critiques.
En l’occurrence, il s’agit plus précisément d’une application de travaux datant de 1998 du mythique Edward Witten, prolongés par Tadakatsu Sakai et Shigeki Sugimoto en 2007.

WITTEN.PNG

Edward Witten est lauréat de la médaille Fields de mathématique. Certains comparent

ce physicien théoricien non pas à Einstein mais à Newton.

 

 

Ces travaux montrent qu’il est possible de relier mathématiquement certaines prédictions de lathéorie des cordes basées sur la supergravité, et que l’on peut facilement calculer, à des prédictions basées sur la QCD et qui concernent les situations où la structure non linéaire de la théorie est essentiel.
Si la fameuse correspondance holographique de Maldacena est correcte, on doit pouvoir calculer relativement facilement plusieurs aspects de la physique des glueballs en utilisant la théorie de la supergravité avec des dimensions spatiales supplémentaires.
Mais attention, il faut garder à l'esprit qu'il s'agit ici d’une sorte dictionnaire établissant une correspondance entre des calculs sur des phénomènes physiques de domaines différents qu’il est mathématiquement plus facile d’effectuer dans une « langue » que dans une autre.
Si Rebhan et Frederic Brünner ont raison et que le modèle de Witten-Sakai-Sugimoto de la QCD en régime de couplage « non perturbatif », selon l'expression des théoriciens, se révèle pertinent pour décrire la nature, il n’en découle absolument pas que le monde possède 10 ou 11 dimensions d’espace-tempset que les particules véritablement élémentaires sont des cordes.
Mais, indéniablement, on a là un test non trivial de la cohérence de la théorie des cordes et de la correspondance de Maldacena. Nul doute qu’une confirmation du modèle de Witten-Sakai-Sugimoto entraînerait un fort affermissement de la confiance que les cordistes placent dans leur théorie de « Tout ».

 

SOURCE : Futura Sciences 16.10.2015

 



20/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 156 autres membres