LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

TOUT SAVOIR SUR JUPITER

Alors que la sonde Juno a rendez-vous avec Jupiter le 4 juillet 2016 (le 5 juillet pour la France), voici en infographies le portrait de la planète géante du Système solaire.

JUPITER1.PNG

 

Jupiter est la plus grosse planète de notre système solaire, située à plus de 590 millions de kilomètres de la Terre. Le 4 juillet 2016 (le 5 juillet 2016 pour la France), la sonde Juno de la NASA doit s’insérer en orbite de l’astre de 140.000 kilomètres de diamètre. Sa mission doit durer un peu plus d’un an. Ses instruments scientifiques vont sonder pour la première fois les entrailles de l'astre titanesque, 1300 fois plus grand que la Terre et 300 fois plus massif. Jupiter est en effet la première planète à s’être formée juste après le Soleil, il y a 4,6 milliards d’années. Ce faisant, elle a capté plus de la moitié du gaz et de la poussière qui tournoyaient autour de notre jeune étoile, gardant en elle un échantillon de ce nuage primordial qui donna ensuite naissance à tous les autres corps du système solaire.

TACHE. Depuis sa découverte, à la fin du 17e siècle, la Grande tache rouge de Jupiter n’a cessé d’intriguer les astronomes. C'est une gigantesque tempête, de 12.000 km de large. C'est-à-dire qu'elle est vaste comme une fois la Terre ! Les vents y soufflent à plus de 700 km/h.

SATELLITES. Autre mystère, celui des aurores joviennes. Elles sont jusqu’à mille fois plus intenses que sur Terre. Ces aurores brillent presque en continu à la surface de Jupiter. Pour percer les secrets de ce phénomène unique dans le système solaire, Juno survolera les pôles de la planète géante et effectuera des analyses à l’aide de six de ses instruments. Des données qui devraient éclairer les scientifiques sur la physique des aurores joviennes, bien différentes de leurs cousines terrestres. Sur Terre, ces explosions de couleurs se produisent ponctuellement lorsque des bouffées de particules chargées (électrons, ions) sont projetées dans l’espace par de puissantes éruptions solaires. Ces particules interagissent avec le champ magnétique terrestre, ce qui provoque leur accélération vers la Terre. Elles viennent alors exciter les molécules atmosphériques qui émettent de la lumière lorsqu’elles se désexcitent. Sur Jupiter, les aurores ne dépendent pas du vent solaire. Elles sont alimentées sans cesse par les particules crachées par sa lune volcanique Io. Accélérées par l’intermédiaire du puissant champ magnétique de la planète, ces particules produisent les volutes de lumière qui illuminent en permanence ses pôles. Ladite Io est loin d'être le seul satellite naturel de Jupiter : la planète géante en est pourvue de 67 ! Parmi ces lunes, citons Io, Europe, Ganymède et Callisto, qui furent les premiers découverts par les observateurs du ciel. 

Comme les autres planètes géantes (Saturne, Uranus et Neptune), Jupiter ne possède probablement pas de surface solide. Elle est principalement constituée d’hydrogène et d’hélium, présents sous forme gazeuse dans son atmosphère. Plus on s’enfonce sous les nuages joviens, plus la pression et la température s’élèvent, si bien que l’hydrogène devient progressivement fluide puis "métallique". Les mouvements de cette couche conductrice seraient à l’origine du gigantesque champ magnétique de Jupiter. Au cœur de celle-ci — où la température dépasse 20.000 °C et la pression atteint 40 millions d’atmosphères terrestres — se cache peut-être un noyau fluide ou solide. Un mystère que pourrait lever la sonde Juno.

 

SOURCE : Sciences et Avenir 04.07.2016



05/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres