LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

PREMIÈRE MODIFICATION GÉNÉTIQUE D'UN EMBRYON HUMAIN

La première modification génétique d'un embryon humain effectuée par des chercheurs chinois

Des chercheurs chinois ont tenté de modifier le gène responsable de l'émergence de la bêta-thalassémie, une rare maladie héréditaire. C'est la première fois qu'une modification génétique sur un embryon humain est pratiquée. Une expérience qui a suscité de nombreuses critiques dans la communauté scientifique.

GENE.PNG

La première tentative de modifier génétiquement un embryon humain a été effectuée. Un groupe de chercheurs chinois a en effet tenté de modifier le gène responsable de l'apparition de la thalassémie, une maladie héréditaire qui affecte le sang. Mais l'expérience, conduite sur des embryons non viables, n'a pas réussi.

La thalasssémie est une maladie héréditaire qui conduit à une anémie chronique, c'est à dire à une baisse de l'hémoglobine dans le sang. Cette maladie est due à une modification génétique qui empêche la synthèse correcte de l'hémoglobine.

Le chercheur Puping Liang (Université de Sun Yat-sen, Guangzhou, Chine) et ses collègues ont utilisé 86 embryons non viables, obtenus par fécondation in vitro, et dont ils ont essayé de corriger les gènes défaillants.

Comment les chercheurs ont-ils conduit cette expérience? Liang et ses collègues ont utilisé une technique de génie génétique appelée CRISPR/Cas9. Cette technique leur a permis de cibler et fendre le gène responsable de la thalassémie.

Toutefois, l'étude n'a pas mené au résultat espéré. A l'issu de l'expérience, chez plusieurs embryons parmi les 71 ayant survécu, certaines cellules exprimaient encore le gène défaillant alors que d'autres exprimaient celui corrigé. De plus, la manipulation sur le gêne cible aurait involontairement provoqué des modifications dans des séquences d'ADN, originairement non impliquées dans l'expérience.

Si cette recherche ne visaient pas à l'implantation des embryons corrigés dans un utérus afin qu’ils s’y développent, elle a toutefois soulevé de nombreuses critiques dans la communauté scientifique. En effet, plusieurs chercheurs craignent que la manipulation des embryons humains, même si non viables, puisse ouvrir la voie à des modifications du génome humain.

 

SOURCE : Le Journal de la Science



30/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 157 autres membres