LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LE CV À L'ÈRE DIGITALE : LES ERREURS À NE PAS COMMETTRE

Les candidatures ne doivent plus arriver par la poste mais par e-mail, sous peine de passer pour vieux jeu. Et le site internet LinkedIn est devenu incontournable.

cv.PNG

 

En 2015, rien n’agace davantage un recruteur qu’un dossier qui arrive par courrier. Pour intégrer le CV à sa banque de données électronique, il devra immanquablement scanner l’envoi, ce qui signifie une perte de temps. «Chez Manpower comme chez la plupart des grandes entreprises, nous mettons à disposition sur notre site une section où la personne peut charger les informations la concernant ainsi que ses documents. Aujourd’hui, 90% des candidatures arrivent sous la forme digitale», indique Romain Hofer, porte-parole chez Manpower Suisse. 
Le CV et la lettre de motivation sont à envoyer dans un e-mail sous forme de pièces attachées nommées de manière systématique: nom + prénom + type de document (CV, certificat, etc.). Faites attention à ne pas envoyer des documents trop lourds et difficiles à charger en limitant le nombre de photos et de logos. Le CV lui-même doit présenter une grammaire et une orthographe parfaites. «A l’heure de la correction automatique, des erreurs passent pour de graves négligences», constate Romain Hofer.
Toujours indispensable à la constitution d’un dossier, la lettre de motivation se limite à une page de quatre paragraphes. Ceux-ci portent sur l’entreprise à laquelle vous adressez votre courrier et ce en quoi elle vous intéresse. Ensuite viennent votre expérience professionnelle et vos compétences, puis ce que vous pouvez apporter. Enfin vous terminerez par ce que l’entreprise et vous pouvez faire ensemble. 
S’il y a des trous dans votre carrière, mentionnez-les afin d’éviter que votre interlocuteur aille reconstituer votre parcours. Si vous avez suivi une formation mais que vous n’ayez pas obtenu de certificat final, indiquez-le sous la rubrique «Formation» du CV et précisez «niveau» avec le titre du diplôme ou du certificat. Tout le monde comprendra que vous n’êtes pas allé jusqu’au bout. 
En titre, évitez «Curriculum vitae» au profit d’une phrase d’accroche synthétique pour vous distinguer. Par exemple: Responsable communication – domaine médical – disponible de suite. Présentez vos réussites de manière chiffrée et concrète. Les négations et tournures négatives sont à proscrire, de même que les abréviations. Choisissez une police de caractère «Arial» ou «Verdana» de taille 10 à 12.

L'information doit pouvoir se lire en 60 secondes

Privilégiez les formats standards (JPG pour les photos et PDF ou doc et docx pour les textes) qui permettent à de nombreux logiciels d’identifier des mots-clés. Vincenzo Ganci, fondateur de la firme éponyme, recommande: «Deux pages de CV suffisent pour un cadre de 45 ans. L’information doit pouvoir se lire en 60 secondes.»
 «Dans un univers où les compétences sont toujours plus pointues et rares, les mots-clés jouent un rôle prépondérant dans la recherche de candidats. Pour apparaître dans le résultat d’une recherche électronique, il est primordial d’utiliser les expressions adéquates dans son secteur», ajoute Romain Hofer.
A l’heure où le réseau professionnel LinkedIn s’est imposé sur le marché de l’emploi dans le monde francophone et anglophone (tandis que Xing domine dans l’espace germanophone), les profils sont devenus une banque de données de base pour les chasseurs de têtes qui l’explorent par mot-clé.

Mentionner sa situation familiale et des hobbies peut rassurer l’employeur

D’où l’importance de se présenter au mieux sur LinkedIn. Veillez à fournir une photo de qualité professionnelle et des infos à jour. «Le profil ne doit pas dépasser les deux écrans d’ordinateur. Mentionner sa situation familiale et des hobbies peut rassurer l’employeur sur l’équilibre personnel du candidat», indique Vincenzo Ganci.
Les rubriques «Résumé», «Expériences», etc., doivent comporter des textes de 500 signes environ au maximum, l’équivalent des six à dix lignes d’un paragraphe. Vincenzo Ganci détaille: «Le résumé ne doit pas tout dire mais donner envie de rencontrer la personne.» 
 Les recommandations livrées par des pairs sur le profil LinkedIn ne présentent aucun intérêt, selon Vincenzo Ganci. «Il s’agit de renvois d’ascenseur. Pour évaluer véritablement un candidat, il faut un entretien téléphonique suivi d’une rencontre personnelle», souligne Vincenzo Ganci. Le recruteur appelle toujours les références indiquées par le candidat. 
«Je sollicite en priorité l’ancien supérieur hiérarchique puis les collègues. Le candidat doit être informé de la démarche et lui donner son aval», détaille le recruteur. 
 Ce dernier reprend: «La culture helvétique valorise l’humilité et tout indice d’arrogance est à bannir. Si vous êtes le patron d’une entreprise de huit employés, ne vous désignez pas comme un CEO.»
Il est aussi mal vu de parler de soi à la troisième personne, ce qui arrive plus souvent qu’on ne le pense. Les adjectifs tels que dynamique, brillant, efficace, etc., sont à bannir, ainsi que les termes «top executive», «senior», «high caliber» et autres formules de survente.

 

SOURCE : Bilan 02.11.2015



02/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 156 autres membres