LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

ENCELADE RÉVÈLE DES CONDITIONS DE PLUS EN PLUS PROPICES À LA VIE

L’une des lunes de Saturne, Encelade, serait le siège d’un processus géochimique propice à la vie, selon une nouvelle étude. Ce résultat vient s'ajouter à de précédentes études suggérant qu’Encelade présente des caractéristiques favorables au développement de la vie.

ENCELADE.PNG

 

Un processus géochimique favorable à la vie au cœur de l'océan subglaciaire d'Encelade, l’une des lunes de Saturne ? C’est bel et bien ce que pensent avoir découvert le physicien Christopher R. Glein (Institut Carnegie de Washington, Etats-Unis) et son équipe, grâce aux données fournies par la sonde Cassini.
Si Encelade et dont diamètre de 500 kilomètres seulement n'est a priori pas l’une des lunes les plus remarquables de Saturne (il s’agit du sixième satellite de Saturne par la taille), ce petit corps céleste suscite pourtant beaucoup d'intérêt parmi les astronomes depuis quelques années. En effet, les travaux montrant qu’Encelade présente des conditions géophysiques et géochimiques favorables à la vie s’accumulent peu à peu.
Depuis quelques années, les scientifiques ont en effet acquis la conviction qu’un océan souterrain se cache sous sa surface glacée (lire sur Le Monde « Un océan sous la glace d'Encelade ? » et sur Sciences et Avenir « Le voile se lève sur les geysers d'Encelade »). Un océan qui pourrait abriter la vie, d’autant plus que du méthane y a été récemment détecté (on sait que le méthane peut avoir une origine biologique).
Quels sont les apports de cette nouvelle étude ? Ces travaux montrent que l’eau de l’océan d’Encelade est très probablement alcaline, avec un pH de 11 à 12. Or, un tel niveau d’alcalinité pourrait être dû à un processus chimique appellé serpentinisation. La serpentinisation ? Ce processus a lieu lorsque l'eau entre en contact avec des roches ultrabasiques provenant du manteau. Ce processus entraine la transformation des roches ultrabasiques en minéraux ainsi que l'alcalinisation de l'eau (l'eau devient basique). Avec à la clé, la formation de molécules d'hydrogène.
Or, la présence de molécules d'hydrogène (H2) dans l'océan de cette petite lune constitue un atout de taille dans l’émergence de la vie. En effet, cette molécule est une source d'énergie essentielle pour le développement de la vie en absence de la lumière du soleil.
Comment Glein et ses collègues sont-ils parvenus à cette conclusion ? A l'aide de modèles élaborés à partir des données receuillies par la sonde Cassini, les chercheurs ont analysé les caractéristiques chimiques des panaches des geysers émis à la surface d'Encelada. Ce qui leur a permis de déterminer le degré d'acidité de l'eau, et donc de l'océan souterrain d’où proviennent ces geysers.
La sonde Cassini a été envoyée en orbite autour de Saturne il y a plus de dix ans, dans le cadre de la mission Cassini-Huygens menée par la Nasa, l'Agence spatiale européenne (ESA) et l'Agence spatiale italienne. Depuis lors, ce satellite a fourni de nombreuses informations sur l'orbite et les satellites de Saturne.

 

SOURCE : Le Journal de la Science



18/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres