LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

DÉTOURNER UN TWEET ? RIEN DE PLUS FACILE !

Réseaux sociaux - Souvent citées comme des sources fiables, les déclarations de personnalités sur Twitter peuvent être aisément modifiées. Démonstration.

twitt5.PNG

 

De nos jours, les réseaux sociaux font partie intégrante des sources utilisées par les médias. Qu'il s'agisse des déclarations d'hommes politiques ou de stars de cinéma, il est devenu coutume de reproduire aussi bien sur la toile que dans la presse papier ces publications telles quelles, avec tout le crédit qu'on peut leur accorder. Pourtant, comme le rapporteTheNextWeb.com, il n'y a rien de plus facile que de détourner un tweet et d'attribuer ainsi à Barack Obama, François Hollande ou encore Ueli Maurer des propos farfelus. Le site spécialisé dans l'actualité high-tech détaille ainsi deux procédés: le premier, facile et rapide, est en revanche peu convaincant pour un internaute averti, le second, qui permet de modifier un tweet «intégré» à une page web (ndlr: embedded) s'avère quant à lui beaucoup plus difficile à démasquer.
Méthode n°1: créer une image
Ce jeudi matin nous avons découvert avec enthousiasme ce tweet posté par le président américain:

 

Vous l'aurez compris, ce message - un peu énorme, on vous l'accorde - est un «fake» conçu à l'aide du siteLemMeTweetThatForYou. Ce dernier permet de réaliser en image de faux tweets dans lesquelles il est possible de modifier à sa guise le pseudonyme, la photo de profil, le texte ainsi que le nombre de retweets et favoris. Pour les personnes qui ne sont pas rompues aux réseaux sociaux, cette publication aurait pu passer comme une lettre à la poste si ce n'est que le véritable compte de Barack Obama est un compte vérifié assorti du petit sigle vu bleu (voir ci-dessous). De plus, une rapide vérification sur le compte du président américain aurait permis de constater qu'à la date supposée de publication, ledit tweet demeure introuvable.

 

Méthode n°2: modifier un tweet «intégré»
Intégrer un tweet à un article est devenu une pratique fréquente lorsqu'il s'agit d'appuyer les propos d'une personnalité citée. Pour ce faire, il suffit de cliquer sur le bouton «Intégrer le Tweet» situé au bas de la publication et de recopier le code HTML dans une page Web. Cela crée un lien direct avec le compte Twitter de la personne et donne ainsi davantage de crédibilité qu'une simple capture d'écran. Pourtant, les tweets intégrés peuvent eux aussi être «piratés».
Amit Agarwal, ingénieur informatique et fondateur du siteLabnol, a ainsi démontré qu'un simple code JavaScipt suffisait pour pouvoir modifier non seulement le texte d'un tweet intégré mais également la police de caractère, le nombre de retweets et de favoris ou encore la date. Dans le code publié par l'ingénieur indien, il faut remplacer l'«identité du tweet» (Tweet ID), qui se présente sous la forme d'une suite de chiffres, par celle du post que vous souhaitez modifier. Pour le reste, il suffit de suivre ses instructions.
Voici le tweet d'origine publié le 22 juillet dernier:

 TWITT7.PNG

 

...et le voilà, modifié jeudi matin avec le code JavaScript. Du texte a été rajouté au début, le nombre de retweets et de favoris s'est envolé et la date de publication a été remplacée. Il est également possible de supprimer le bouton «Suivre».

twitt6.PNG

Alors comment dénicher le vrai du faux dans ce cas-là? Si on s'arrête à la version intégrée, et en l'absence de modification grossière (comme remplacer la date par du texte), c'est quasiment mission impossible. Pour faire tomber le masque, il faut cliquer sur le tweet qui vous ramènera à la version originale publiée sur Twitter.
«Les faux tweets peuvent être responsables de krachs boursiers, rappelle Amit Agarwal. La prochaine fois que vous tombez sur un tweet intégré avec un nombre incroyable de retweets et favoris, il serait bon de vérifier son authenticité.»

 

SOURCE : La Tribune de Genève

 



07/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres