LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

DES GÈNES "ÉTRANGERS" SONT PRÉSENTS DANS NOTRE ADN

Le génome humain, ainsi que celui de nombreux animaux, possède des gènes issus de micro-organismes, révèle une étude britannique. Des gènes qui jouent un rôle crucial dans le métabolisme humain.

GENE.PNG

 

Des gènes "étrangers", issus de micro-organismes ayant cohabité avec nos lointains ancêtres sont présents dans notre ADN, révèle une étude publiée le 13 mars 2015 dans la revue Genome Biology. En d'autres termes, nos gènes ne sont pas seulement hérités de nos ancêtres : ils proviennent aussi d'organismes vivants très différents de notre espèce, qui nous ont été transmis au cours de notre évolution.
Un résultat d'autant plus surprenant que ces travaux révèlent que ces gènes issus de ces micro-organismes, loin de jouer un rôle anecdotique, ont des fonctions cruciales dans le fonctionnement de notre organisme. En effet, ils sont notamment impliqués dans le métabolisme des lipides (c'est-à-dire dans la transformation des lipides en composés chimiques permettant à notre corps de fonctionner correctement) et dans les processus de défense immunitaire.
Quels sont ces micro-organismes qui nous ont transmis ces gènes ? Il s'agit essentiellement de bactéries et de protistes (des organismes généralement unicellulaires, comme les micro-algues et les protozoaires).
Comment ces gènes ont-ils bien pu pénétrer dans notre génome ? Par un processus appelé "transfert horizontal de gènes" (HGT, pour horizontal gene transfer en anglais). Un processus déjà connu pour être à l'oeuvre chez certains animaux simple, comme le ver nématode dont le génome possède des gènes issus de plantes et de micro-organismes. Mais dont l'existence pour des êtres vivants plus complexes n'avait jusqu'ici pas été démontrée de façon certaine.
Or, ces nouveaux travaux montrent que, loin de concerner des animaux très simples comme le ver nématode, le transfert horizontal de gènes concerne aussi en réalité très probablement... la plupart des êtres vivants complexes, dont les primates et l'homme.
Ces travaux ont été publiés le 13 mars 2015 dans la revue Genome Biology, sous le titre "Expression of multiple horizontally acquired genes is a hallmark of both vertebrate and invertebrate genomes".

 

SOURCE : Le Journal de la Science



19/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres