LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

DAVOS : "LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE TUERA DES MILLIONS D'EMPLOIS"

Le présentateur vedette de CNN Richard Quest est revenu le temps d'un debriefing sur la dernière édition du World Economic Forum.

DAVOS2.PNG

 

Le World Economic Forum (WEF) s'est penché cette année sur l'impact de la révolution numérique. Et le constat est sombre dans un premier temps, selon Richard Quest. «Cette quatrième révolution industrielle, ainsi que l'a qualifiée le WEF, va provoquer la destruction de millions d'emplois, créant une forte instabilité sociale», a déclaré le présentateur vedette de CNN à la Tribune de Genève.
Le directeur général d'Adecco s'est montré plus précis encore. «Il faut s'attendre à la suppression de cinq millions de postes, mais cette révolution va également créer deux millions de nouveaux emplois», a calculé Alain Dehaze, lors du Davos Debrief organisé par la chaîne américaine. Et de très nombreuses industries vont devoir faire de colossaux efforts d'adaptation.
Autre inquiétude, cette révolution sera nettement plus rapide que les précédentes. «Elle sera menée à un rythme encore jamais vu dans l'histoire de l'humanité», prévient Richard Quest. Et elle ne touchera pas toutes les catégories de travailleurs. Ce sont surtout les travailleurs spécialisés, qualifiés, ainsi que les cadres dans le milieu de l'organigramme qui vont en souffrir.

Trop de problèmes en même temps

Pas de quoi rassurer à l'heure où l'Union européenne joue sa survie dans la crise migratoire qu'elle affronte actuellement. Pour Richard Quest, l'Europe n'y parviendra pas et Schengen va exploser. Urs Rüegsegger pointe de son côté la multiplication des risques et dangers en ce début d'année, que ce soit le terrorisme, le pétrole, la Chine, le Moyen-Orient ou encore les turbulences sur les marchés en ce début d'année. A tel point que le directeur général de SIX, l'opérateur de la Bourse suisse, se montre plutôt pessimiste à court terme.
«Les problèmes sont nettement plus complexes que d'habitude, a confirmé Richard Quest, ce qui a pesé sur toute l'édition 2016 du WEF». Le présentateur de CNN, citoyen britannique, a demandé à chacun des invités à Davos de se positionner sur son Worry Wall, une échelle d'inquiétude. «Ils n'ont pas osé montrer l'étendue réelle de leurs soucis sur le tableau, mais ils l'ont exprimée très clairement plus tard lors des interviews.»

«Le début de la fin»

Alain Dehaze n'a pas non plus caché son inquiétude. Il estime que la situation va se dégrader continuellement durant les trois prochaines années. Et le danger sera particulièrement grand dans la zone euro qui doit affronter et résoudre plusieurs périls.
Outre la crise des migrants et des institutions qu'elle provoque, le directeur général de SIX estime que le plan de sauvetage, le désormais célèbre Quantitative Easing, a démarré trop tard et ne pourra rien résoudre. «Les marchés financiers doivent également corriger certains de leurs problèmes. Des flots d'argent ont été déversés, mais nul ne sait où ils sont allés», s'est inquiété Urs Rüegsegger qui redoute l'apparition d'une nouvelle crise financière.
Il estime également que la crise des migrants signifie «le début de la fin de Schengen». Un avis que partage Richard Quest. «L'Union européenne est incapable de se répartir les réfugiés et se déchire à ce sujet. Elle n'est pas prête à accepter que le nombre de réfugiés va encore dramatiquement augmenter. Schengen est quasiment mort, mais nous n'avons aucune solution.»

 

SOURCE : La Tribune de Genève 26.01.2016



26/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres