LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

C'EST NOËL, ET VOILÀ DU BROYAGE DE CANETONS À RETOURNER LES ESTOMACS

Foie gras - La France affronte un nouveau scandale de maltraitance animalière. Juste à point avant le foie gras des Fêtes.

CANETON.PNG

 

A chaque saison son affaire. Après le débat sur la mise à mort de centaines de milliers de poussins mâles cet été, les images de la maltraitance des animaux dans l’abattoir d’Alès cet automne, la France affronte ce Noël un nouveau scandale lié à la filière du foie gras. A vrai dire, un rendez-vous devenu traditionnel avant les Fêtes de fin d’année: deux vidéos chocs ont été tournées dans un couvoir de canetons et dans un élevage de canes reproductrices.
Dans la première, tournée il y a quelques jours dans un élevage en Pays de la Loire, on y voit le broyage des canetons femelles dont le foie est jugé trop petit pour être rentable. Une dizaine de milliers de femelles sont ainsi jetées chaque jour dans une broyeuse, qui par ailleurs ne fait pas toujours très bien son travail: des animaux en ressortent encore vivants, totalement mutilés. Si le broyage est autorisé par la législation française, la mort devrait être immédiate. Les canetons mâles, eux, voient leur bec brûlé par une barre métallique chauffée à blanc pour éviter qu’ils ne se battent. La deuxième vidéo, tournée en avril dans un élevage dans le Sud-Ouest qui se font inséminer à la chaîne, montre comment on tue les canes reproductrices atteintes d’infections, en leur rompant le cou. Mais toutes ne meurent pas instantanément.
Les deux vidéos émanent de l’association L214 qui milite entre autre causes animalières pour l’interdiction de l’industrie du foie gras. C’est déjà elle qui avait alerté l’opinion publique sur les élevages de poules et l’élimination de 50 millions de poussins mâles chaque année en France, jetés dans des broyeuses, gazés ou étouffés dans des sacs poubelle. L’affaire avait indigné une poignée de parlementaires, de tous partis confondus, qui avaient déposé une motion pour que des alternatives soient trouvées à ce massacre à grande échelle.
«On connaissait la violence du gavage, on découvre aujourd’hui d’autres horreurs qui entourent la production de foie gras», dénonce Brigitte Gothière, porte-parole de L214. La filière du foie gras drelève, elle, une volonté de décrédibiliser la branche, alors que cela fait dix ans que des débouchés existent pour l’exportation de canetons femelles. Mais les cas de grippe aviaire qui touchent le Sud-Ouest cette année ont condamné ces exportations.
Reste que la filière du foie gras, un produit inscrit au patrimoine gastronomique français, semble encore bien protégée. Bien qu’une directive européenne interdise depuis 1998 l’alimentation forcée d’animaux, les pays producteurs de foie gras ont bénéficié d’une dérogation, le temps de trouver des alternatives, rappelle Le Monde. Or cela fait plus de quinze ans que cette exception court sans que la législation nationale n’évolue, critique L214.

 

SOURCE : La Tribune de Genève 22.12.2015



22/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 156 autres membres