LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

ACCUSÉ D'ESCROQUERIE, DSK CONTRE-ATTAQUE

L'ancien patron du FMI est visé par une plainte déposée par un ex-actionnaire de LSK.

DSK.PNG

 

Dominique Strauss-Kahn, cité dans une plainte pour escroquerie, va répliquer par une procédure en dénonciation calomnieuse, a annoncé samedi son avocat, Jean Veil. Cette plainte, qui visera aussi la société chypriote du plaignant, sera déposée la semaine prochaine auprès du procureur de la République de Paris, a ajouté Me Veil.
Le parquet de Paris a ouvert le 28 juillet une enquête préliminaire à la suite de la plainte de Jean-François Ott, ancien PDG de la société immobilière luxembourgeoise Orco Property Group et actionnaire du fonds d'investissement LSK, qui a fait faillite et dont l'ancien patron du FMI fut l'un des administrateurs.
LSK, dont Dominique Strauss-Kahn voulait faire un fonds spéculatif de 2 milliards de dollars, a été déclarée en faillite en novembre 2014, quelques semaines après le suicide à Tel-Aviv de son fondateur et dirigeant, Thierry Leyne.
En avril, une source proche du dossier avait révélé que LSK avait laissé un passif de près de 100 millions d'euros au préjudice de 150 créanciers, dont le fisc luxembourgeois.

 

SOURCE : La Tribune de Genève 17.10.2015

 

 

Dominique Strauss-Kahn visé par une enquête pour escroquerie

La société d'investissement LSK, dont l'ancien patron du FMI détenait 20%, aurait laissé une ardoise de près de 100 millions d'euros. Sa filiale Assya Asset Management Suisse s'était installée à Genève.

dsk2.PNG

L’ancien ministre socialiste français et ancien patron du FMI n’en a pas fini avec la justice. Cette fois, Dominique Strauss-Kahn, 66 ans, n’est pas rattrapé par des parties fines mais par une enquête préliminaire pour escroquerie et abus de biens sociaux, en lien avec la société d’investissement luxembourgeoise LSK. En liquidation, l’entreprise aurait laissé une ardoise de près de 100 millions d’euros.
Président du conseil d’administration de Leyne Strauss-Kahn & Partners (LSK), dont il détenait 20,23 %, DSK annonçait en 2014 un objectif « très ambitieux », celui d’atteindre une taille de « deux milliards de dollars d’ici un an », grâce aux capitaux des grandes fortunes privées et de fonds détenus par des pays émergents. Interrogé par Aujourd’hui Magazine, Jean Veil, l’avocat de DSK, assure que son client, à présent domicilié à Monaco, «n’a jamais exercé aucune fonction opérationnelle» dans cette entreprise, créée en octobre 2013.              
Ce n’est pas exactement le discours qui était tenu en mai 2014, puisque Le Temps avait pu titrer: «Genève au cœur de la galaxie Leyne Strauss-Kahn». Assya Asset Management Suisse, filiale de LSK, s’était installée rue du Rhône, dans l’immeuble noir de la Chase. La recherche de fonds devait être confiée à Vanessa Strauss-Kahn, la fille de l’ancien ministre socialiste. Ne seraient acceptés que les clients lui confiant un minimum de 20 millions d’euros ! Thierry Leyne, l’associé de DSK, alors domicilié à Tel-Aviv, avait vécu précédemment une décennie à Genève. Il était toujours président du conseil d’administration de la société Firstcaution à Nyon, spécialisée dans le cautionnement de loyer sans garantie bancaire.

Départ précipité à Genève  

Cette belle success story s’achève brutalement. Le 3 octobre 2014, LSK est condamné au Luxembourg à rembourser deux millions d’euros à La Bâloise Vie, filiale du groupe d’assurance Bâloise. Le 20 octobre, DSK démissionne de son poste de président du conseil d’administration. Le 23, Thierry Leyne se suicide en se défenestrant de son appartement à Tel-Aviv. Bilan appelle deux jours plus tard Assya Asset Management Suisse. Une standardiste répond que « tous les responsables sont en réunion à l’extérieur », et qu’elle ignore l’heure de leur retour au bureau. Une visite au 63 de la rue du Rhône s’impose. La même employée, apparemment affolée, annonce qu’il est impossible de monter dans les bureaux de la société, au deuxième étage. Elle descend précipitamment dans le hall de l’immeuble. Elle ne sait rien et elle ne peut rien dire.     
A l’exception de la standardiste, la quinzaine d’autres employés d’Assya Asset Management Suisse avait-elle déjà déguerpi, à peine deux jours après le suicide de Thierry Leyne ? Les locaux avaient-ils déjà été vidés ? Les choses n’ont pas traîné, puisque la liquidation de LSK est prononcée dès novembre 2014, laissant une ardoise de près de 100 millions d’euros ! Aujourd’hui Magazine parle de156 créanciers, Luxembourgeois, Français, Belges, mais aussi Israéliens, Macédoniens, Mauritaniens, Russes…  
Au moment du suicide de Thierry Leyne, un banquier genevois faisait remarquer à Bilan qu’aucun financier ne lui avait rendu hommage. Plus étrange encore, la communauté juive ne s’était pas non plus manifestée. Si Assya Asset Management Suisse avait gardé le silence, en revanche, la direction de Firstcaution confirmait la venue régulière à Nyon de Thierry Leyne, « qui suivait de près la marche de la société », en compagnie de Dominique Strauss-Kahn. Ce dernier aurait-il des trous de mémoire ?

 

SOURCE : Bilan 16.10.2015

 



17/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres