LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

UNE NOUVELLE ESPÈCE D'HOMINIDÉ DÉCOUVERTE

Le fossile d'une nouvelle espèce d'hominidé ayant vécu entre il y a 3,3 et 3,5 millions d'années a été mis au jour en Ethiopie. Les auteurs de la découverte suggèrent que cette espèce, contemporaine de Lucy, serait l’un des lointains parents du genre Homo.

HOMO.PNG

 

La célèbre Lucy n'était pas le seul hominidé qui évoluait en Ethiopie il y a plus de 3 millions d'années : un fossile âgé de 3,4 millions d'années, appartenant à une nouvelle espèce d’australopithèque, a en effet été mis au jour dans la région de l’Afar en l'Ethiopie, à seulement 35 kilomètres de l’endroit où vivait Lucy.
Cette découverte, effectuée par une équipe internationale de paléoanthropologues, a été publiée le 28 mai 2015 dans la revue Nature.
Quels sont les ossements mis au jour par la paléoanthropologue Yohannes Haile-Selassieet (Musée d'Histoire Naturelle de Cleveland, Etats-Unis) et son équipe ? Il s’agit de restes de mandibule et de dents, que les techniques de datation paléomagnétiques ont permis de faire remonter à une période située entre 3,3 et 3,5 millions d'années.
Baptisée Australopithecus deyiremeda, cette nouvelle espèce se distingue des Australopithecus afarensis, à laquelle appartient Lucy. En effet, Australopithecus deyiremeda présente des dents plus petites que les afarensis, bien qu’étant en revanche doté d’une mandibule plus solide. Selon les chercheurs, les traits d'Australopithecus deyiremeda s'expliqueraient par l'adaptation de cette espèce à un régime constitué d’aliments plus bruts et rugueux que ceux dont se nourrissaient les afarensis.
A l’évidence, la découverte de cette nouvelle espèce d’australopithèque vient complexifier encore notre arbre généalogique. En effet, si Lucy, classée dans l’espèce Australopithecus afarensis, a longtemps été considérée comme la « mère » du genre Homo, cette nouvelle découverte montre que la réalité est beaucoup plus complexe. D’autres espèces voisines de celle de Lucy évoluaient en effet à la même époque : le nouveau venu Australopithecus deyiremeda bien entendu, mais aussi Australopithecus bahrelghazali, découvert en 1996 par le français Michel Brunet, ou encore Kenyanthropus platyops, dont les ossements datés à 3.4 millions d’années ont été mis au jour en 2001.
Plus globalement, cette découverte vient préciser la situation qui prévalait dans l’actuelle Afrique de l’Est, il y a plus de 3 millions d’années : plusieurs espèces d’australopithèques, distincts morphologiquement, évoluant les uns à côté des autres dans une même région géographique. Autant d’espèces dont la position des uns par rapport aux autres dans notre arbre généalogique n’est encore aujourd’hui bien définie. Et dont les rôles respectifs dans l’émergence du genre Homo, survenue il y a quelques 3 millions d’années, restent encore à élucider.
Cette étude a été publiée le 27 mai 2015 dans la revue Nature, sous le titre "New species from Ethiopia further expands Middle Pliocene hominin diversity".

 

SOURCE : Le Journal de la Science



29/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 140 autres membres