LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

TROIS ASTUCES POUR ÉVITER LES FAKE NEWS ET LA DÉSINFORMATION

FAKE.PNG

 

Chaque jour sur Internet, une véritable bataille médiatique et politique a lieu. Dans cette bataille impitoyable, on retrouve des rumeurs, des fausses informations (fake news) mais aussi des tentatives claires de désinformer le lectorat.
Tentatives d’autant plus pernicieuses qu’elles se drapent parfois de l’autorité morale, historique ou médiatique pour commettre leurs méfaits.
A chaque lecteur de cultiver son esprit critique, de multiplier les sources d’information, et de ne pas avoir une confiance aveugle y dans certains médias dits « main stream » qui bien souvent touchent de mirobolantes subventions de l’État qui les accueille, tout en étant liés à des intérêts financiers qui ne sont pas forcément ceux du lecteur (lire à ce sujet le best-seller « Ils ont acheté la presse » de Benjamin Dormann).
Jouant sur les émotions, sur les sentiments, ces tentatives de désinformation, comme les Fake News, ont pour but de marteler une information jusqu’à ce qu’elle soit communément admise dans la tête de l’opinion.
La caste médiatique française déteste Donald Trump, élu démocratiquement président des Etats-Unis ? Alors cette caste va tout faire pour que son lectorat déteste, lui aussi, Donald Trump. En utilisant des armes dénoncées par ailleurs, comme le recours aux fausses informations – dernier exemple en date à propos de l’attentat en Suède dont n’a jamais parlé M. Trump.
La caste médiatique – 74% des journalistes déclarent avoir voté François Hollande lors de la dernière présidentielle – décide qu’il faut accueillir des migrants partout en France ? Alors là aussi, elle jette toutes ses forces pour démontrer les bienfaits de l’immigration et du vivre ensemble, et la « méchanceté » de ceux qui n’en veulent pas.
Voici quelques conseils pour éviter de tomber dans le piège, à la fois des Fake News, mais aussi de la désinformation, et pour ne pas se laisser manipuler.

1- Qui me parle ?

Sur Internet, plusieurs possibilités d’accéder à de l’information. Par une recherche via les principaux moteurs de recherche (puis en surfant de liens en liens), en se connectant directement sur son média préféré, ou via les réseaux sociaux.
Dans le premier cas, une recherche sur un moteur de recherche doit amener le réflexe suivant : ça n’est pas parce que le résultat recherché arrive en première page de google qu’il faut lui donner le Bon Dieu sans confession. Des sociétés payent pour apparaître dans les premiers résultats de recherche sur google.fr. C’est leur métier.
Toutefois, les robots de référencement étant relativement intelligents, on s’en sort assez facilement. D’autre part, il est bien évident qu’on ne lira pas de la même façon un blog, un journal, une chaîne ; le lecteur doit pouvoir se forger son opinion grâce à son propre esprit critique.
Vous ne connaissez pas un site Internet ? Avant toute chose, lisez-le. Un article, puis un autre, une rubrique, puis une autre. Imprégnez vous en, afin de voir ce qu’il dégage. Puis, si vous avez un doute par rapport à l’information que vous avez vu ou que vous recherchiez, allez voir ailleurs si elle existe.
Renseignez vous également, si vous le souhaitez, sur le site Internet où vous avez trouver l’information.
Est-ce un site militant, un média subventionné, un site parodique, un blog personnel d’opinion, un journal indépendant ? Quelle que soit la réponse, cela n’indique pas que l’information trouvée est vraie, ou fausse. Elle demande à être recoupée, prolongée, éclaircie …
Il n y a pas de leader moral de l’opinion en France, comme semble vouloir le faire croire aux lecteurs le Decodex, inventé par Le Monde, outil intelligent dans sa conception mais atteignant d’emblée ses limites en se transformant en censeur médiatique (c’est Samuel Laurent et son équipe qui décident qui sont les « gentils », qui sont les « méchants », surtout si ils sont à droite politiquement).
Contrairement à ce qu’affirment certains médias estimant être les grands éclaireurs du peuple, il n y a pas de source qui offrirait « plus de crédibilité » qu’une autre .
Il y’a simplement des blogueurs amateurs, des professionnels, des bons journalistes mais aussi des idéologues, des monomaniaques, des menteurs, des pervers, des escrocs…comme c’est déjà le cas dans la vraie vie tout simplement.
On voit d’ailleurs les limites de cette « crédibilité » – que seraient censés avoir les médias subventionnés dans l’affaire Mehdi Meklat, qui posait tout détendu en ce mois de février en photo avec Christine Taubira, ancienne garde des Sceaux, tout en ayant infesté ses réseaux sociaux il y a quelques mois ou années de propos anti-blancs, homophobes, antisémites ..
Ils ne sont ni plus, ni moins crédibles que d’autres médias, que d’autres sources, qui, elles aussi, informent, alertent, commettent des erreurs, les rectifient, ou pas …
Par ailleurs, face à une information qui circule sur les réseaux sociaux, mais également à la télévision ou reprise en boucle par tous les grands médias subventionnés, il faut toujours se demander tout d’abord qui la propage et quels sont ses enjeux. Pourquoi est-ce que je retrouve souvent le même message sur Ouest-France et sur Le Monde ainsi que sur Le Figaro, la Croix, Le Telegramme, Libération ?
Pourquoi est-ce que Théo est devenue une icône médiatique – alors que les caméras de surveillance semblent confirmer la version policière – tandis que les policiers grièvement brûlés au cocktail molotov ne le sont jamais devenus ?
Par ailleurs, si vous vous connectez à votre média préféré, gardez toujours avec vous votre esprit critique. C’est justement parce que c’est votre média préféré et qu’il possède une ligne éditoriale que vous appréciez qu’il faut aller voir et consulter ailleurs, afin de voir ce qu’il s’y dit et afin de ne pas vous auto intoxiquer.
Pour toujours garder votre esprit critique, fabriquez vous votre opposé sur Internet. Vous êtes de gauche ? Alors créez un profil facebook de droite, cherchez des amis de droite, des informations de droite…et faite la même chose dans l’autre sens. Vous verrez, ça fait du bien, ça ouvre l’esprit, et ça permet de garder les pieds sur terre.
Si c’est sur les réseaux sociaux que vous voyez des informations qui vous paraissent surprenantes (« j’ai vu des ovnis », « partagez si vous en avez marre que les immigrés gagnent 15 000 euros par mois au RSA » …) alors là encore, votre esprit critique devrait vous pousser rapidement à voir que cela relève de la fake news.
Pas besoin de Samuel Laurent et de son équipe censeurs pour vous le dire, à moins que ces derniers ne vous prennent pour les derniers des imbéciles.
Sur ces réseaux, prenez par ailleurs la peine de cliquer sur les articles qui sont diffusés : bien souvent, des internautes se contentent il est vrai de commenter ou de partager simplement pour un titre accrocheur et non pas pour le contenu de l’information proposée.

2- Vérifier les images



Avant de relayer une image, vous pouvez facilement vérifier son authenticité en la faisant glisser dans des outils comme Google Images ou Tineye. Il suffit de récolter l’adresse de l’image qu’on veut vérifier (en faisant un clic droit dessus) et de la coller dans le moteur de recherche de Tineye. Il vous donnera alors tous les endroits où cette photo est déjà parue.
Cela vous évitera de balancer tout et n’importe quoi en croyant détenir un scoop sur twitter ou sur facebook. Cela vous évitera également de faire perdre de la crédibilité à une information qui pour le coup est vraie et importante. Ainsi, pour l’exemple des agressions sexuelles du nouvel an 2016 à Cologne, de fausses photographies ont été lancées ici ou là sur Internet, permettant parfois à des personnes mal intentionnées de minimiser le drame de Cologne et d’hurler à la « manipulation » par une partie de la webosphère.

3- Se méfier des autoproclamés « spécialistes »



En résumé, l’internaute, comme le badaud dans la rue, comme le téléspectateur, comme le lecteur, doit avant tout faire jouer son esprit critique. Et pour le jeune pour qui ce dernier serait « en cours d’acquisition », c’est au contact de ses professeurs, mais aussi de ses parents, de ses amis, qu’il le forgera.
A moins d’estimer – comme semblent le faire ces nouveaux chevaliers blancs de la désinformation menés par le kapo-ral Laurent – que la majorité des citoyens sont des idiots. Qu’est-ce-qu’on attend, dans ce cas, pour leur retirer le droit de vote ?
A Breizh-info.com, nous n’avons en tout cas pas la prétention d’être un site parfait. Si nous faisons des erreurs, nous les reconnaissons volontiers et tâchons de les corriger. Par ailleurs, jamais nous ne nous érigerons en censeurs – ce qui n’empêche pas de temps à autre de souligner telle ou telle incohérence ou de réaliser des décryptages.
Il est regrettable pour nos démocraties que face à la défiance croissante et massive d’une partie de la population vis à vis de certaines castes politiques, économiques, médiatiques, ces derniers, plutôt que de se remettre en question, cherchent à tout prix à passer en force, et à tenter de nuire ou de neutraliser tout ce qui aujourd’hui, se revendique alternatif ou dissident.

 

 

SOURCE : BREIZH INFO 22.02.2017

 



24/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres