LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

POUR LA PREMIÈRE FOIS, ON VA ENFIN DÉCOUVRIR À QUOI RESSEMBLE EN VRAI UN TROU NOIR

ASTRONOMIE Le télescope Event Horizon va peut-être pouvoir photographier la silhouette d’un trou noir situé au centre de notre galaxie. Une première mondiale et une incroyable avancée, pour les chercheurs.

TROU NOIR4.PNG

 

Il s’appelle Sagittarius A. « En 1973, j’ai été le premier à calculer sur ordinateur à quoi pourrait ressembler la silhouette d’un trou noir. 40 ans plus tard, je vais le voir en vrai », raconte avec une émotion discrète Jean-Pierre Luminet, Directeur de recherches au CNRS. Une tâche sombre, un objet céleste si compact et au champ gravitationnel tellement intense que toute forme de matière ou de lumière qui y pénètre ne s’en échappe pas.
Personne n’a jamais pu en observer directement : « Nos télescopes ne sont pas assez puissants, explique le chercheur. On connaît les trous noirs seulement de façon indirecte, par les étoiles qui tournent autours ou grâce aux résidus », ajoute-t-il. Au même titre que le Big-Bang et les extraterrestres, les trous noirs ont un pouvoir de fascination. Ce gouffre sans retour a d’ailleurs inspiré de nombreux films tels que « Interstellar ».
La photographie de la silhouette du trou noir Sagittarius A, situé au centre de notre galaxie, sera rendue possible grâce à des radiotélescopes. D’énormes engins à la forme de paraboles, capables de capter des ondes radioélectriques émises par des astres. « Ils sont répartis aux quatre coins de la planète. On peut les coupler en les orientant tous dans la direction du trou noir. C’est comme si on avait un seul radiotélescope quasiment de la taille de la Terre : Event Horizon », détaille Jean-Pierre Luminet.

Une fabuleuse avancée



Comme l’assure avec enthousiasme Samuel Boissier, chercheur au laboratoire d’astrophysique de Marseille, cette première observation directe pourra confirmer « notre compréhension de la physique dans ces conditions de très grande gravité (l’une des grandes théories d’Albert Einstein), et l’existence des trous noirs. Si elle est différente de ce que nous attendons pour un trou noir, cela serait aussi un résultat capital pour orienter les futures recherches ».
Actuellement les radiotélescopes du monde entier ont déjà commencé à collecter les données de Sagittarius A. Courant avril, elles seront toutes rassemblées dans un supercalculateur qui sera chargé de reconstituer une imagerie radio. Les photos sortiront normalement quelques mois plus tard. Encore un peu de patience.

 

 

SOURCE : 20 minutes 27.02.2017



01/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres