LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES FOURMIS ÉTHIOPIENNES POURRAIENT BIEN ENVAHIR LE MONDE

Certaines espèces de fourmis forment des supercolonies qui peuvent s’étendre sur des dizaines voire des centaines de kilomètres. L’une d’entre elles, trouvée en Ethiopie, pourrait bien devenir invasive au niveau mondial.

FOURMIS.PNG

 

INVASION. Envahir le monde, en voilà un travail de fourmis ! D’ailleurs, une espèce a déjà en partie réussi cet exploit : la fourmi argentine, Linepithema humile, qui a colonisé quatre pays européens ainsi que la Californie.
Mais que la conquérante se méfie, elle pourrait bien avoir une concurrente de taille.
C’est ce que des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord ont trouvé lors de recherches sur d’anciennes forêts entourant de vieilles églises orthodoxes, en Éthiopie.
Cette fourmi, Lepisiota canescens, a été découverte à la fois dans ces forêts dégradées pouvant atteindre une surface de 400 hectares, dans les zones agricoles se situant à proximité mais également au sein même des villes.
« Le critère le plus pertinent pour décrire une grande colonie comme une supercolonie est sa capacité à s’étendre sans contrainte », explique Magdalena Sorger, une des auteurs de l’étude dans un blog accompagnant ses travaux dans la revue Insectes Sociaux.
SUPERCOLONIE. Les fourmis sont habituellement organisées en un nid unique comportant une seule reine.
Cependant, dans certains cas, elles forment plusieurs nids avec plusieurs reines qui agissent comme une seule et même colonie : c’est ce qu’on appelle une supercolonie.
Ces fourmis sont alors plus nombreuses et plus territoriales.

Vers une invasion mondiale ?

 

Suite à des analyses génétiques et géographiques, les chercheurs ont pu affirmer qu’il s’agissait d’une espèce de fourmis natives de l’Éthiopie qui peut se propager sur des distances pouvant aller jusqu'à 38 kilomètres.
Il s’agirait alors de la plus grande supercolonie native recensée à ce jour.
Selon les chercheurs, Lepisiota canescens posséderait toutes les caractéristiques d’une espèce invasive : elles peuvent installer leur nid un peu partout et se nourrir dans des habitats très variés. .
« Notre étude initiale suggère que cette fourmi pourrait avoir un impact négatif sur la diversité des espèces et pourrait déplacer d'autres espèces de fourmis natives », continue la chercheuse pour Sciences et Avenir.
Avec le tourisme et le commerce international, ces fourmis risquent donc fortement de se retrouver dans d’autres pays et de s’y installer.
Ces travaux pourraient également aider à instruire les touristes entrant et sortant d’Éthiopie pour qu’ils vérifient leurs bagages.
Sur 12 000 espèces de fourmis, seules 20 sont susceptibles de réaliser une invasion à l’échelle mondiale.
« C’est une bonne chose d’avoir des données sur ce que fait cette espèce au niveau de son habitat natif.
Nous savons rarement des choses sur la biologie d’une espèce avant qu’elle ne devienne invasive », relativise la chercheuse.

 

SCIENCES ET AVENIR 06.12.2016

 



07/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres