LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LE SINISTRE PRIX DE LA VIE : 45$ POUR UN ESCLAVE INDIEN, DES MILLIONS POUR UN FRANÇAIS...

45 dollars pour un enfant esclave, plusieurs millions pour une victime occidentale d'un crash aérien... oui, la vie a un prix et celui-ci est très variable d'une situation et d'un pays à l'autre. Décryptage de ce marché très spécial avec François-Xavier Albouy, président d'une société d'assurance, qui milite pour un prix minimum de la vie humaine.

PRIX.PNG

 

"La vie n'a pas de prix" : un dicton populaire… mais qui s'avère complètement faux, comme le rappelle François-Xavier Albouy dans son livre "Le prix d'un homme"*.
Mafias, assureurs, pouvoirs publics… tous estiment, directement ou indirectement, un certain prix de la vie humaine, que ce soit pour l'échanger comme une marchandise, décider de la sécurité d'un dispositif ou évaluer une indemnité.
Le problème, c'est que ces prix sont très différents d'un acteur et d'un pays à l'autre, ce qui crée des inégalités, dénonce le président de PlaNet Guarantee, une société d'assurance spécialisée dans la microfinance, et qui plaide pour un prix minimum de la vie humaine.

Capital.fr : Combien vaut une vie humaine ?

François-Xavier Albouy :
Il n'y a pas un prix, mais des prix de la vie humaine.
On peut tout d'abord évoquer les prix liés aux trafics d'êtres humains.
Par exemple, un enfant esclave en Inde se négocie autour de 45 dollars, un enfant soldat au Mali vaut 600 dollars, un bébé kidnappé peut se revendre 7.000 dollars en Chine, une prostituée nigériane vaut dans les 40.000 dollars pour être exportée en Europe…
Au-delà de ces réseaux mafieux, le prix de la vie humaine se calcule aussi dans la vie de tous les jours. On le voit, par exemple, dans le cas des indemnisations lors de catastrophes aériennes, auquel cas le prix diffère sensiblement selon la nationalité de la victime.
Les familles des passagers occidentaux peuvent espérer toucher de 500.000 à plusieurs millions de dollars, tandis que les ressortissants de pays pauvres, en Asie ou en Afrique, toucheront beaucoup moins, quelques dizaines de milliers de dollars, voire rien…

Capital.fr : Pourquoi un tel écart d'indemnisation entre les différentes nationalités ?

François-Xavier Albouy : 
Cela dépend de plusieurs facteurs : la politique d'indemnisation de l'entité qui déterminera cette rétribution (l'Etat, un juge, un assureur…), le fait d'être couvert ou non par une assurance… Cela dépend aussi des revenus des victimes, puisqu'une indemnisation est souvent calculée en fonction du revenu perdu, en plus du préjudice moral.
Tout cela favorise forcément les ressortissants des pays les plus riches.
Une étude faisant référence sur le sujet estime le prix moyen de la vie humaine à 120 fois le PIB par habitant du pays d'origine de la victime.
Ce qui revient à dire que la vie d'un Burkinabé vaut 197.000 dollars, soit 25 fois moins qu'un Français (5 millions).
Ce n'est qu'une estimation parmi d'autres, mais c'est assez brutal…

Capital.fr : Vous affirmez d'ailleurs dans votre livre que le prix de la vie humaine est intégré dans chacun des biens et services que nous consommons… pouvez-vous l'expliquer ?

François-Xavier Albouy : 
Chaque fois que la sécurité ou la santé de personnes est en jeu, le prix de la vie humaine intervient, de manière implicite ou explicite.
Cela peut notamment être utilisé par les pouvoirs publics, pour apprécier l'impact d'une réglementation, par exemple dans le domaine des transports, de l'environnement ou de la médecine.
Les entreprises aussi peuvent en faire l'usage, par exemple lorsqu'elles conçoivent un produit, via le calcul d'une probabilité d'accident et du coût de ces derniers… avec parfois son lot d'erreur.
L'exemple le plus parlant est celui de Ford, qui dans les années 70 avait conçu la Pinto, dont l'épaisseur de tôle du réservoir était si mince qu'il s'enflammait en cas de choc.
Le constructeur le savait mais avait estimé que le prix d'un rappel serait supérieur aux indemnités potentiellement versées aux victimes.
C'était oublier l'impact sur l'image, qui fut terrible et obligea finalement le groupe à procéder aux rappels… et à verser d'importants dédommagements.

Capital.fr : Pour davantage d'équité, vous militez pour un "prix minimum" de la vie humaine. En quoi cela serait-il utile ?

François-Xavier Albouy : 
Cela obligerait les politiques et les entreprises à prendre des décisions allant dans le sens de la préservation de la vie.
L'idée est, par exemple, qu'un géant agro-alimentaire vendant des barres de chocolat prenne en compte dans la rémunération de ses fournisseurs le prix de la vie des petits producteurs de cacao, afin qu'ils puissent se payer l'accès aux soins ou à l'éducation.
Certes, ce prix minimum de la vie ferait probablement augmenter le coût de fabrication de certains produits, mais cela serait marginal, peu inflationniste et très vite compensé par les économies d'échelle liées à la généralisation de l'accès à la protection sociale.

Capital.fr : A combien le prix de la vie humaine devrait-il être fixé ?

François-Xavier Albouy : 
Selon mes calculs, le prix minimum "idéal" de la vie humaine se situe à 750.000 dollars.
Cela correspond, pour résumer, au PIB par habitant de l'ensemble de la planète, multiplié par la durée de vie moyenne.
Cela représente grosso modo la contribution de chaque individu à la richesse mondiale.
Après, il s'agit d'un seuil idéal, atteignable à moyen terme.
A court terme, on pourrait déjà envisager un plancher de 300.000 dollars, pour lequel cela aurait déjà des effets significatifs sur les politiques publiques et les décisions d'investissement des entreprises.

 

SOURCE : Capital 07.12.2016



08/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres