LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LE CALVAIRE DES ANIMAUX DE LABORATOIRE : POURQUOI EN PARLE-T-ON SI PEU ?

On le sait : les animaux de laboratoire vivent dans la souffrance et sont l’objet de terribles expériences. Et pourtant, ce sujet est très peu abordé…

 

 

Le 24 avril dernier avait lieu la journée mondiale contre l’utilisation des animaux dans les laboratoires. Vous n’en avez pas entendu parler ? Et bien figurez-vous que cet événement est passé totalement inaperçu ! Non seulement l’élection présidentielle occupait la scène de l’actualité française à ce moment-là (ce qui est logique), mais en plus, le sort réservé aux animaux de laboratoire n’intéresse pas grand monde.

 

Disons plutôt qu’il est dissimulé par les grands de ce monde.

 

Car il ne faut surtout pas trop aborder ce sujet tabou.

 

Et quand on ne sait pas exactement ce qu’il s’y passe, et bien on ferme les yeux, tout simplement. Mais il faut pourtant percer le mystère des animaux enfermés dans les laboratoires, et découvrir leur histoire.

 

Leur calvaire plutôt… Car vous allez voir que leur vie est loin d’être respectée, et que la maltraitance animale est plus que jamais une réalité dans certains laboratoires…

 

Une nouvelle préoccupation citoyenne

On a remarqué que depuis quelques années maintenant, les citoyens se préoccupent de la maltraitance animale.

 

D’ailleurs, cette thématique a été légèrement abordée dans le cadre de la campagne présidentielle.

 

C’est plutôt une bonne chose puisque ce thème grave est enfin mis à l’ordre du jour.

 

Ce n’est pourtant pas nouveau, mais il y a une certaine prise de conscience. Et c’est bien entendu une bonne nouvelle !

 

Mais avez-vous remarqué qu’on parle énormément des abattoirs ou encore du véganisme.

 

Qu’on parle également de la fourrure, du gavage des oies… mais personne n’a évoqué la souffrance des animaux de laboratoire.

 

Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que les enjeux sont très importants et surtout, que ça concerne tout un pan de notre santé. Nous, humains…

 

Voilà pourquoi la journée mondiale contre l’utilisation des animaux en laboratoires passe inaperçue.

 

Et pourtant, des millions d’animaux sont sacrifiés chaque année sur l’autel de la scène. Pourquoi ? Pour améliorer les conditions de vie de l’être humain.

 

Un désintérêt majeur

Les Français ne s’intéressent que très peu à la vie des animaux en laboratoire.

 

Nombreux sont ceux à penser que la recherche est nécessaire, et surtout qu’elle est fortement encadrée par la loi. La souffrance animale dans les laboratoires ?

 

Elle n’existe plus…  Et de toute manière, nous n’avons pas le choix, c’est pour le bien de l’humanité et pour faire avancer la recherche scientifique…

 

Toute une partie de la population pense que certes les chercheurs font souffrir les animaux, mais que c’est par nécessité, et que c’est pour notre santé.

 

Alors certes… mais à quel prix ! Les animaux de laboratoire méritent qu’on parle d’eux, qu’on dénonce leur condition de vie, qu’on évoque leurs souffrances.

 

Une cruauté inavouable

Les animaux de laboratoire souffrent. C’est une certitude et c’est une vérité avérée.

 

Certains militants ont réussi à entrer dans ces laboratoires pourtant très sécurisés, et ont assisté à des scènes insupportables, montrant des primates, des rongeurs, mais aussi des chiens ou encore des chats, être les victimes d’expériences scientifiques.

 

On sait que certaines expériences sont menées pour tenter de soigner des maladies graves. Alors on inocule à l’animal la maladie, et on essaie de le soigner.

 

Ces expériences ont donc un but très précis, et permettent de faire avancer la recherche.

 

Mais on sait aussi qu’on teste certains produits chimiques sur les animaux, pour vérifier leur dangerosité avant la mise sur le marché de produits ménagers par exemple.

 

On verse alors le produit directement dans l’œil de l’animal, pour observer sa réaction. Et on le laisse comme ça, pendant plusieurs jours…

 

On sait également que les singes, et notamment les macaques rhésus, sont forcés à de longues séances de torture : ils sont attachés sur des chaises « de travail », l’objectif étant de canaliser les mouvements de l’animal.

 

Ils sont totalement immobilisés, et leur cerveau, parfois mis à nu, est relié à des appareils de mesure.

 

Ces séances peuvent durer de longues heures, durant lesquelles l’animal ne peut ni bouger, ni manger, ni boire… Il ne peut absolument rien faire, à part attendre… et souffrir bien évidemment. Car on lui envoie des décharges par exemple, pour vérifier ce que ça provoque dans son cerveau.

 

Est-ce que ce type d’expérience fait véritablement avancer la recherche médicale ? Pas sûr… Mais une chose est certaine, l’animal souffre des jours durant, perd la vue… Bref, ce sont de véritables tortures pour ces animaux enfermés dans de petites cages, qui passent leur vie à souffrir.

 

Des expériences pour la santé humaine ?

Les animaux de laboratoire sont donc les grands absents du débat sur la souffrance animale.

 

Ils sont pourtant particulièrement concernés par la douleur que l’homme leur inflige. Mais elle est plus ou moins acceptée, car l’opinion publique pense à un échange : la souffrance animale pour alléger dans le futur la souffrance de l’être humain.

 

Mais il ne faut pas oublier que derrière tous les animaux de laboratoire se cache un commerce bien rôdé, et que des millions d’euros sont en jeu.

 

Les laboratoires font très attention à ne pas trop faire parler d’eux, car ils savent bien que l’opinion publique ne serait pas favorable à certaines de leurs expérimentations sur les animaux…

 

Les derniers chiffres publiés datent de 2011, et parlent de 11,5 millions d’animaux tués à des fins scientifiques dans les laboratoires européens.

 

En Europe, les animaux utilisés dans les laboratoires sont principalement les rongeurs et les lapins, mais on retrouve également les reptiles, les amphibiens, les poissons, les oiseaux, les chevaux, les ânes, les porcins, les caprins, les ovins et les bovins, les chiens et les chats, et bien entendu les primates.

 

En France, sur les 2,2 millions d’animaux utilisés à des fins scientifiques, on compte plus de 1,3 million de souris, près de 354 000 poissons, 253 000 rats, 126 000 lapins, 357 000 animaux à sang froid, 3 000 chiens, 569 chats et 1 810 primates non humains.

 

Ces chiffres datent de 2010 et n’ont pas été communiqués depuis.

 

Un long travail à faire

En théorie, la directive européenne 2010/63/UE doit inciter dès que possible au développement de méthodes substitutives à l’expérimentation animale.

 

Malheureusement à ce jour, le travail est toujours en cours, et les avancées sont très très lentes…

 

La journée du 24 avril est donc passée inaperçue, et c’est bien dommage. Car il faudrait saisir l’opportunité d’un tel événement pour ouvrir le débat sur la souffrance animale dans les laboratoires. Car ce que nous consommons (produits ménagers, parfums, maquillage, crèmes solaires…) sont issus pour beaucoup de l’expérimentation sur les animaux de laboratoire. Et nous ne le savons pas. Ou alors, nous préférons l’ignorer… Et si nous ouvrions les yeux sur le terrible sujet  des animaux martyrs qui passent leur triste vie enfermés dans un laboratoire, à subir des actes de torture difficilement imaginables ?

 

SOURCE : Minure News 14.05.2017

 



17/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 133 autres membres