LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LA VIE TERRESTRE, APPARUE BIEN PLUS TÔT QU'ON NE LE PENSAIT ?

Des fossiles microbiens découverts en Australie et datés de 3,48 milliards d'années indiquent que la vie terrestre serait apparue des centaines de millions d'années plus tôt qu'estimé. 

 

Une équipe de scientifiques de l'université de Nouvelle-Galles du Sud affirme avoir découvert dans la région de Pilbara des roches vieilles de 3,48 milliards d'années contenant des structures a priori sculptées par des formes vie de microbienne.

 

Ces roches ont été formées à proximité d'une source chaude terrestre, donc sur la terre ferme.

 

Si cette découverte est confirmée, il s'agirait de la plus ancienne trace de vie terrestre jamais décelée : auparavant la plus vieille preuve de vie hors de l'eau remontait à environ 2,8 milliards d'années et provenait d'Afrique du Sud.

 

Un indice pour la vie sur Mars

Ce domaine d'étude est néanmoins très controversé, les scientifiques étant rarement d'accord entre eux lorsqu'ils évoquent l'apparition de la vie sur la terre ou dans les océans.

 

Plusieurs études récentes font état d'éléments laissant supposer que la vie est apparue sous l'eau à proximité d'évents hydrothermiques il y a environ 3,7 milliards d'années mais des chercheurs, qui s'appuient sur des découvertes encore sujettes à caution, évoquent une période allant jusqu'à 4,1 milliards d'années.

 

Ils s'appuient sur l'examen de roches appelées stromatolites qui sont le fruit d'une activité microbienne. 

 

Ce sont aussi des stromatolites qui ont été découvertes à Pilbara, ainsi que des micro-stromatolites incluses dans d'autres roches et qui ont l'apparence de bulles une fois minéralisée,s comme on le voit sur l'image ci-dessus.

 

Leur description fait l'objet d'un article publié dans la revue Nature Communications. "Notre recherche a des implications majeures pour la recherche de la vie sur Mars, car la planète rouge possède des anciens gisements de sources chaudes d'un âge similaire à ceux de la formation de Pilbara", explique Tara Djokic, principal signataire de l'étude. 

 

SOURCE : SCIENCES ET AVENIR 11.05.2017

 



13/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres