LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LA MASCARADE DÉMOCRATIQUE MADE IN USA

Alors que tous les mougeons se prélassent sur les plages en suivant heure par heure les orgies sportives de l’été sur leurs tablettes et autres smartphones fabriqués par des esclaves, la campagne électorale américaine est entrée dans sa dernière ligne droite avec d’un côté le faire-valoir Donald Trump et de l’autre le « clan » Clinton. Pour donner le change à l’illusion démocratique, les problèmes de fond (qui ne manquent pas) sont remplacés par un échange de coup bas dignes de l’excellente série House of Cards.

USA.PNG

 

Le monde libre ne peut qu’espérer le pire avec Hillary Clinton, car il est déjà convenu que le costume du méchant raciste, homophobe, machiste a été endossé volontairement par l’ami des Clinton : Donald Trump. Pour ceux qui l’ignorent, il convient de rappeler que ce dernier participait à des orgies où l’on utilisait des esclaves sexuels mineurs en compagnie de Bill Clinton et de sa femme, dans les soirées VIP organisées par Jeffrey Epstein (Liens 1, 2, 3).


À quelques semaines du scrutin, le clan Clinton avait une grosse épine dans le pied avec cette affaire d’emails classés « secret défense » qui se sont retrouvés sur un serveur non sécurisé de la candidate démocrate. C’est le modus operandi habituel de ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre que d’agiter un épouvantail au nez de ceux qui se présentent aux élections, pour ensuite nettoyer les écuries d’Augias afin qu’ils deviennent, une fois élus aux plus hautes fonctions, leurs éternels obligés.
Après plus de trois heures d’audition avec le FBI et malgré les preuves flagrantes de sa culpabilité, le FBI a recommandé de ne pas poursuivre Hillary Clinton. «Hillary-la-crapule est coupable comme pas possible, mais le système dans son ensemble est truqué et corrompu», s’est indigné Donald Trump. Il faut savoir que la responsable de ce dossier explosif n’est autre que la ministre de la Justice, Loretta Lynch. Or cette dernière a été vue, pendant l’interrogatoire de la candidate Clinton avec le FBI, en compagnie de  son mari Bill sur le même Tarmac du même aéroport ! Hillary Clinton assurant à la presse qu’ils n’ont fait qu’« échanger des plaisanteries » ! De qui se moque-t-on ?
On comprend pourquoi Hillary a rit … de son interrogatoire.  Si les casseroles de la famille Clinton se résumaient à cette simple affaire, il conviendrait, malgré la gravité de l’inconscience de la candidate, d’en sourire, malheureusement le dossier secret des Clinton que les presstitués ne veulent pas ouvrir, est bien plus grave et fera l’objet d’une étude particulière dans notre lettre d’analyse de la rentrée. Encore une fois , le FBI, comme sa sœur la CIA ont démontré combien elles servaient des intérêts particuliers , et savaient se ranger sans vergogne à la moindre injonction.
 
 
SOURCE : Agence Info Libre 06.07.2016


06/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 140 autres membres