LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

L'INTERVIEW "ININTELLIGIBLE" ET INCOHÉRENTE DE DONALD TRUMP À ASSOCIATED PRESS

Donald Trump a été interviewé par un journaliste de l’Associated Press à l’occasion de ses 100 premiers jours à la Maison-Blanche. Bilan : la journaliste n’a presque rien compris.

 

Incohérence, flou et mensonge

Dans la transcription de cette interview menée par Julie Pace, la journaliste a noté, pas moins, de 16 fois le mot « inintelligible ». Le président américain est apparu incohérent et peu précis. 

 

Par exemple lorsqu’il veut parler d’un document signé par son secrétaire à la Défense : « Il devait signer le (inintelligible) final. Il devait signer le final, vous savez », tente-t-il d’expliquer à la journaliste.

 

Cette dernière lui demande ensuite si son nouveau statut avait changé quelque chose chez lui : « Tout est tellement (inintelligible), vous savez les ordres sont tellement massifs. »

 

Quand il n’est pas inaudible, Donald Trump se contredit. Par exemple, il explique ne plus regarder CNN, alors que la journaliste lui explique qu’il vient d’affirmer son contraire : « Non, non. Qu’ai-je dit (inaudible) ? », « Vous avez dit que vous regardiez CNN », lui répond Julie Pace. « Où ça ? Où ? », « Il y a deux minutes. » « Non, ils me traitent tellement mal. Non, je viens de dire ça. Non, ce que j’ai dit, c’est que j’avais arrêté de les regarder. »

 

Le président américain semblait avoir un discours complètement décousu, quitte à choisir la vérité qui lui plaît. Lors de l’interview, il a affirmé qu’il n’avait appris l’existence de Wikileaks que fin 2016, alors qu’en 2010, Donald Trump s’était déjà exprimé sur la question.

 

 

Le comportement de Trump relèverait de la psychiatrie

Comble de l’incohérence, Donald Trump a longuement insisté sur l’alchimie (« chemistry ») qu’il entretenait avec tous les dirigeants mondiaux, en parlant d’Angela Merkel, en Allemagne, de Xi Jinping, en Chine, ou du président Abdel Fattah al-Sissi, en Egypte : « Nous avons une alchimie folle, assure Trump à propos de la chancelière allemande. Et les gens me félicitent d’avoir une si grande alchimie avec tous les leaders mondiaux. »

 

Cela pourrait faire rire si, en plus d’être le président de la première puissance mondiale, il ne blaguait pas sur les attentats du 11 septembre 2001 : « J’ai les meilleures audiences sur les émissions matinales. Quand j’y vais, elles doublent ou triplent. (…) Dickerson [qui anime l’émission "Face The Nation", sur CBS] a fait 5,2 millions de téléspectateurs. (…) C’est le meilleur score depuis le World Trade Center. Depuis que le World Trade Center s’est effondré. »

 

Selon Corentin Sellin, professeur agrégé d’histoire et spécialiste des Etats-Unis, cette interview va dans le sens de certaines rumeurs sur le comportement de Donald Trump : « Cette interview vient s’ajouter à un schéma narratif qui commence à prendre de l’ampleur.

 

En février, des démocrates et des psychiatres disaient que le comportement de Trump relevait de la psychiatrie. Avec cet entretien, il y a un élément tangible qui pose question sur la manière dont il lit la présidence. Cela donne l’impression qu’il y a quelque chose de vraiment étrange dans sa façon d’exercer le pouvoir. »

 

SOURCE : 20 minutes 25.04.2017

 



02/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres