LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

FROID GLACIAL ET CIEL GRIS, UNE RUDE ÉPREUVE POUR LE CORPS

SantéQuels sont les effets du froid pour notre organisme? Peu de vertus, beaucoup de méfaits...

FROID.PNG

 

Fatigué? D’humeur morose? Tout vous paraît plus difficile par ce temps glacial? Rien de plus normal. L’hiver représente une épreuve pour le corps et l’esprit, rappellent les médecins.

«Le froid diminue les défenses, fragilise les muqueuses et rend les germes plus pathogènes. Et comme nous nous regroupons dans des lieux chauds et confinés, les germes circulent plus facilement.» Au Service de médecine de premier recours des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), le Dr Idris Guessous ajoute que sans soleil, «quasiment tous les Genevois manquent de vitamine D et un tiers souffre d’un déficit marqué». Or, cette vitamine limite l’ostéoporose et semble bénéfique contre les troubles musculaires et la pression artérielle. Autre effet du froid sur le corps: il déshydrate et estompe la sensation de soif: «Pensez à boire deux litres par jour», conseille le généraliste.

Humeur chagrine

Qu’un ciel gris rende chagrin ne surprendra personne. «Nous avons tous une sensibilité à la luminosité», note Hélène Richard-Lepouriel, responsable de l’Unité des troubles de l’humeur des HUG. «Nous continuons de fonctionner, mais plus fatigués, maussades. Se concentrer est difficile. Malgré un sommeil de bonne qualité, la fatigue persiste.»

Plus grave: près de 10% de la population traverse un blues hivernal. A la fatigue, s’ajoutent un manque de motivation, l’envie de dormir plus longtemps et de consommer davantage de sucre. La psychiatre conseille de s’activer, de s’élever au-dessus du stratus et d’investir, sur avis médical, dans des lampes ou des lunettes de luminothérapie, remboursées par l’assurance maladie. Malheureusement, une petite partie de la population (2 à 3%) ressent un mal-être plus sévère, le «trouble affectif saisonnier», qui nécessite un traitement antidépresseur.

Libido en berne?

Quid de la libido? «Il existe un lien clair entre la température, l’ensoleillement et le désir sexuel, indique Francesco Bianchi-Demicheli, sexologue aux HUG. Par ailleurs, le froid peut accroître la sensibilité à la douleur chez les personnes ayant des douleurs chroniques, ce qui peut entraver le désir. Toutefois, la météo pourrait ne représenter qu’un facteur de modulation parmi d’autres. Si la libido peut baisser chez certains, le froid peut aussi favoriser l’envie d’intimité, de rapprochement des corps sous les couvertures.»

La peau trinque

Avant de se glisser sous la couette, on veillera à hydrater son corps car le froid et le chauffage assèchent et fragilisent la peau. L’hiver favorise les poussées d’eczéma, le prurit, les engelures et les urticaires au froid. Le dermatologue Pierre Piletta déconseille de prendre de longues douches chaudes pour se réchauffer. «L’épiderme est décapé; la peau perd son eau. Mieux vaut une brève douche tiède et réhydrater son corps avec des crèmes sans conservateurs et le moins parfumées possible.» Le médecin recommande de soigner spécialement ses mains, en les crémant jusqu’à sept fois par jour.

Attention au cœur

Problème moins connu et peut-être sous-estimé: la hausse des accidents cardiovasculaires. «Le froid provoque une vasoconstriction (ndlr: contraction qui diminue le calibre des vaisseaux) qui peut déclencher de l’angine de poitrine ou un infarctus», précise le cardiologue Olivier Jaques. Les personnes cardiaques devraient éviter de sortir, ou bien se couvrir le cas échéant, et en tout cas éviter les efforts physiques. «Le pire est de déblayer la neige à grands coups de pelle!»

Cardiaque ou pas, on évitera de rester dehors trop longtemps: «Le froid représente un traumatisme pour l’organisme, avec des risques d’hypothermie, d’infections respiratoires et de pneumonie», ajoute le cardiologue, qui pointe un danger particulier: «Les pics d’hypertension peuvent déclencher des troubles du rythme, une attaque cérébrale ou cardiaque. Ces pics sont favorisés par l’altitude et le froid. Les hypertendus devraient éviter la montagne ou faire des paliers, en ne grimpant pas au-delà de 2000 mètres.»

Le sport: oui, mais…

Quid du sport? Pas de problème, «si vous avez l’habitude d’en pratiquer à l’extérieur, avez moins de 40 ans, ne souffrez pas de problème cardiaque et êtes bien équipé», résume le professeur Jacques Menétrey, orthopédiste et médecin du sport. Ses conseils? Bien protéger le front et les sinus frontaux et maxillaires (ndlr: au-dessus et au-dessous des yeux); prendre le temps de s’échauffer; prendre garde au sol glissant et «ne pas tenter le diable» car une musculature plus raide augmente le risque de blessure en cas de chute. Enfin, on retiendra que le grand froid peut déclencher ou aggraver l’asthme et provoquer des crises chez les sportifs qui respirent à haut débit, complète l’allergologue Philip Taramarcaz. Mais le froid a aussi un effet bénéfique - si! – en retardant, comme actuellement, la survenue des pollens et du rhume des foins.

 

 

SOURCE : LA TRIBUNE DE GENÈVE 27.01.2017



29/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 140 autres membres