LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

#FILLON VU DE SUÈDE : "COMMENT LES JOURNALISTES PEUVENT-ILS ACCEPTER DE SE FAIRE ENGUEULER ?"

Johan Tollgerdt est un journaliste suédois indépendant basé à Paris. Il a assisté, incrédule, à la conférence de presse de François Fillon du lundi 6 février, lors de laquelle le candidat a annoncé poursuivre sa campagne malgré les soupçons d’emplois fictifs qui l’entourent.

FILLION16.PNG

 

Avez-vous été convaincu par les explications données par François Fillon lundi 6 février ?

Pas du tout. J’ai avant tout été choqué par le fait qu’il a engueulé assez violemment les journalistes français. Dans aucun pays en Europe les journalistes accepteraient de se faire engueuler de la sorte. En Suède, le politicien aurait été accablé de questions sur sa manière de traiter les journalistes, certains auraient même quitté la salle. 
En France, on aurait dit que les journalistes faisaient leur mea culpa devant lui, ce qui est très étonnant. Monsieur Fillon a tenté de détourner l’attention, c’est une technique qui n’aurait jamais fonctionné en Suède mais on va voir comment ça évolue en France.

Quelle est la première question que vous auriez posée à François Fillon ?

Comment pouvez-vous vous permettre d’engueuler la presse qui fait son travail, qui dénonce les abus des élus ? Les journalistes sont là pour aider les électeurs à bien choisir leur président lors des élections. C’est leur droit et on ne veut pas d’une évolution à la Donald Trump. À présent, je me demande si Fillon, une fois élu, installerait d’autres moyens de nuire à la presse, alors que la France s’est récemment dotée d’une loi très intéressante, la loi Bloche, pour que les journalistes puissent mieux faire leur travail. [Cette loi, adoptée en novembre 2016, vise notamment à assurer la protection des sources des journalistes.] C’est très inquiétant.

À quoi est dû ce manque de pugnacité de la part des journalistes français à l’égard des politiques ?

C’est sans doute lié à une certaine timidité. Pendant des décennies, la presse française n’a pas été libre. Jusqu’à il y a une quinzaine d’années, elle ne sortait pas certaines affaires politico-financières. Il y a eu beaucoup de progrès depuis. Quand des enquêtes sortent dans la presse, elles frappent très fort. Dans la presse suédoise, on sort les petites affaires comme celles du Toblerone [en 1995, une ministre a été forcée de démissionner après avoir acheté du chocolat avec sa carte de crédit de fonction] mais pas celles qui se chiffrent avec plusieurs zéros, alors qu’elles existent là-bas aussi.

Êtes-vous surpris que M. Fillon continue sa campagne ?



Oui, je suis surpris qu’il continue. Dans les pays scandinaves, il aurait arrêté il y a plus d’une semaine, à cause de la pression médiatique et de celle de son propre parti politique. Cette affaire crée beaucoup de blessures dans la droite française, qui va avoir du mal à s’en remettre. 
C’est un moment dangereux pour la France. Marine Le Pen a une chance supplémentaire d’être élue puisque les électeurs croyaient beaucoup en Monsieur Propre pour la battre. Cette situation va apporter encore plus de colère et c’est Marine Le Pen qui récolte les fruits de la colère de manière générale.

 

SOURCE : Courrier international 09.02.2017

 



09/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 140 autres membres