LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

AFFAIRE PENELOPE FILLON : LE SILENCE EMBARRASSANT DU MAIRE DE SABLÉ

Marc Joulaud, employeur de l'épouse de François Fillon pendant cinq ans, reste muet.

FILLION7.PNG

 

C'est le principal employeur de Penelope Fillon. Celui qui l'a salariée le plus longtemps, de 2002 à 2007, quand il a occupé le siège de François Fillon à l'Assemblée. Et toujours selon les informations du « Canard enchaîné », c'est aussi celui qui lui a accordé les plus grosses rémunérations — entre 6 900 et 7 900 € brut par mois.
Marc Joulaud, l'actuel maire (LR) de Sablé-sur-Sarthe et député européen, est à ce titre l'un des acteurs clés de l'enquête pour détournement de fonds publics ouverte après les soupçons d'emploi fictif de son ancienne collaboratrice. Et pourtant, malgré la tempête, l'élu reste désespérément muet.

 Le suppléant de Fillon ne fait pas d'apparition publique

Depuis la publication de l'article, celui qui fut... l'assistant parlementaire de François Fillon ne répond à aucune sollicitation médiatique (les nôtres comme celles de très nombreux confrères).
Le directeur de communication de la mairie répète chaque jour que l'édile « ne s'exprimera » pas, sans étayer cette stratégie de (non) communication. Il n'a pas non plus fait la moindre apparition publique dans sa ville et son compte Twitter n'affiche plus aucune publication depuis le 23 janvier. « On constate tous qu'il fait le mort », indique un habitant.
Le silence embarrassé de Marc Joulaud n'arrange guère les affaires de Penelope Fillon. Cette dernière n'aurait-elle pas pu espérer de son ex-patron qu'il monte au créneau pour justifier, éléments tangibles à l'appui, son confortable salaire ? « J'ai le sentiment qu'il préfère se taire plutôt que de ne pas dire la vérité », analyse un observateur de la vie municipale. « Personne n'imagine un seul instant qu'il ait pris la décision seul d'embaucher Penelope Fillon, ajoute un autre. Il doit toute sa carrière politique à François Fillon. Sans doute doit-il attendre ses consignes avant de parler. »

 

SOURCE : Le Parisien 30.01.2017



30/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres