LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

LES 4 VÉRITÉS DE BRANE

5 DÉCOUVERTES ÉTONNANTES SUR NOTRE CERVEAU

Vous avez manqué les dernières découvertes sur le cerveau ? Petite sélection à l'occasion de la Semaine du cerveau, du 13 au 19 mars 2017.

 

1 - Même adulte, une partie du cerveau continue à grandir

Nul neurologue ne s'y attendait : la croissance du cerveau ne s'arrête pas après l'enfance ! Il continue à grossir tout au long de la vie, une petite partie du moins : la zone de reconnaissance des visages. Une découverte réalisée en janvier 2017 par une équipe du département de psychologie de l'Université de Stanford (États-Unis).

 

2 - La connexion esprit-corps, bien plus dense qu'on ne le pensait

Grâce à une nouvelle méthode de traçage qui révèle les longues chaînes de neurones interconnectés, une équipe de l'université de Pittsburgh (Etats-Unis) a identifié, en août 2016, les connexions anatomiques entre de multiples zones du cerveau et la partie du corps qui gère le stress.

 

3 - Une pouponnière de neurones dans les méninges

Les méninges, couches de tissu protectrices qui enveloppent le cerveau, hébergent un trésor : une pouponnière de neurones ! Telle est la surprenante découverte qu'a fait un groupe de chercheurs de l'université de Louvain (Belgique) en novembre 2016. Un espoir pour la médecine régénérative. 

 

4 - Le cerveau est connecté au système immunitaire

Contre toute attente, des scientifiques de l'université de Virginie (États-Unis) ont découvert la présence de vaisseaux lymphatiques dans le cerveau de souris, le reliant ainsi au système immunitaire. Or jusqu'à présent, les scientifiques étaient convaincus que le cerveau n'avait aucun lien anatomique direct avec le système immunitaire. La présence de vaisseaux lymphatiques avaient donc échappé à toutes les dissections réalisées jusqu'en juin 2015.

 

5 - Le trouble du déficit de l'attention se voit dans le cerveau

Le cerveau des personnes atteintes de trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (abrégé TDAH), est différent, légèrement plus petit, comparé à celui des individus qui en sont indemnes, ont constaté pour la première fois des chercheurs hollandais en février 2017. Preuve que ce trouble a bien une base physique.

 

 

 

SOURCE : SCIENCES ET AVENIR 17.03.2017

 



19/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres